Thèmes

Contexte

Les personnes en exil sont systématiquement privées de leurs droits et criminalisées aux frontières extérieures de l’UE. La violence, les coups de feu et les refoulements illégaux sont désormais une triste normalité le long de la route des Balkans. Les gens vivent dans des conditions misérables dans des camps, dans la rue ou dans des camps improvisés auto-organisés et sont victimes de la violence policière brutale aux frontières.  Dans le même temps, les mouvements de solidarité de la population sont systématiquement réprimés.

Au lieu d’offrir de réelles perspectives, le gouvernement allemand reste inactif sous prétexte d’attendre une « solution européenne » et ignore la situation d’urgence humanitaire de la population.

Tout comme sur la Méditerranée, l’UE regarde sans agir les conséquences mortelles de sa politique d’isolement à ses frontières terrestres. Les pays de transit sont non seulement laissés seuls avec l’approvisionnement des réfugié·e·s entrants, mais sont également encouragés à effectuer des refoulements en tant que gardiens de l’UE.  

La réponse européenne aux mouvements d’exil consiste en l’expansion rapide et disproportionnée de l’Agence de gestion des frontières de l’UE et en la militarisation des frontières extérieures.

Cette politique d’isolation est inhumaine et contredit les lois en vigueur!

Jetzt für den Newsletter
anmelden

Melde dich mit deiner E-Mail-Adresse an, um dich auf dem Laufenden zu halten!